Quel bureau post-confinement et quel lieu de travail préférés
pour les employés de bureau (entreprise, maison, tiers-lieux) ?


Il ne fait aucun doute que la crise sanitaire est en train d'engendrer une nouvelle révolution de bureau et qu'il faudra désormais tenir compte de la valeur sanitaire du bureau dans notre manière de penser les espaces de travail et la présence des usagers de bureaux au sein des locaux tertiaires.

C'est ce que révèlent d'ailleurs les résultats de notre enquête Mon bureau post-confinement II, enquête réalisée en ligne auprès de 2643 employés de bureaux du 7 au 20 septembre 2020.

Cette recherche académique révèle la manière dont les employés de bureau appréhendent leurs espaces de travail quatre mois après le déconfinement en temps de crise sanitaire du Covid-19 et répond à plusieurs questions : d’une part, quelles sont leurs attentes concernant les types d’espaces de travail souhaités, quels impacts sur le bureau post-confinement, mais également quel mode de travail idéal dans l’espace tertiaire ? Et d’autre part, quelle est, selon eux, la répartition idéale du temps de travail entre le bureau en entreprise, à la maison ou dans les tiers-lieux ?

L’originalité de l’étude menée par les chercheurs universitaires de notre chaire de recherche est d’identifier les associations statistiquement significatives (test Chi-deux et test Z pour des proportions) entre certaines catégories d’appartenance des répondants et leur choix d’espaces de travail les plus adaptés à leurs besoins, tant en termes de mode de travail que d’espace physique.


=> Voici donc un extrait des résultats de notre enquête
  • Sans grande surprise, compte-tenu du contexte de crise sanitaire actuelle, les espaces de travail à faible densité de personnes attirent le plus 
    les employés de bureaux qui en font leurs types d'espaces de travail préférés avec 80 % de préférence.
    En effet, 40 % des répondants de notre étude indiquent avoir une préférence pour le bureau individuel, 21 % pour le bureau partagé (espace cloisonné partagé avec poste de travail attribué) et 19 % pour le télétravail
Ils sont seulement 12 % à indiquer préférer l'open space (espace ouvert avec poste de travail attribué), 4 % le flex-office (espace de travail ouvert avec poste non attribué), 2 % le coworking et 3 % déclarent préférer d'autres espaces.

Ces espaces à faible densité de personnes avaient déjà emporté les faveurs des répondants lors de notre précédente enquête en avril 2020, durant le confinement, puisqu'ils avaient alors été préférés à 68 % (33 % de préférence pour le bureau individuel, 10 % pour le bureau partagé et 25 % pour le télétravail).

  • On constate également que, malgré ce que l'on peut entendre, le bureau en entreprise n'a pas dit son dernier mot !
Cela est d'autant plus réel qu'à la question de savoir comment les répondants répartiraient leur temps de travail entre l'entreprise, la maison et les tiers-lieux, c'est le bureau en entreprise qui l'emporte avec 55 % du temps de travail, suivi par le travail à la maison pour 37 % du temps. 

Les tiers-lieux, en revanche, sont très peu plébiscités puisque les répondants ne souhaiteraient y passer que 6 % de leur temps de travail. 

  • Cette préférence dans la répartition du temps de travail en fonction du lieu dépend toutefois de la catégorie d'appartenance des répondants.
    Suite à la réalisation de séries d’analyses statistiques (ANOVA et test LSD de comparaison multiple) permettant d’observer des différences significatives, nous pouvons constater que :
- le statut professionnel influence le choix de la proportion du temps de travail que les répondants souhaitent passer en entreprise, à la maison ou dans les tiers-lieux.
Ainsi, les fonctionnaires sont ceux qui souhaitent passer le plus de temps en entreprise (64 % de leur temps de travail).
Les travailleurs indépendants, eux, sont ceux qui souhaitent passer la majeure partie de leur temps de travail à la maison (45 % du temps) alors que les salariés d’entreprise ne s’y voient que pour 40 % de leur temps et les fonctionnaires 29 %.
Les travailleurs indépendants sont également ceux qui passeraient le plus de temps dans les tiers-lieux puisqu’ils y travailleraient pour 14 % de leur temps (contrairement aux salariés d’entreprise [6 % du temps] et aux fonctionnaires [4 % du temps]).

- la catégorie socio-professionnelle a également une incidence sur la répartition idéale du temps de travail entre entreprise, maison et tiers-lieux.
On constate que les cadres dirigeants sont ceux qui souhaitent travailler le moins de leur temps de travail en entreprise (différence significative). En moyenne, ils souhaitent y passer 45 % de leur temps de travail contre 56 % pour les employés et 52 % pour les cadres (différence significative). 
Les cadres dirigeants représentent également la catégorie la plus réceptive au travail dans les tiers-lieux puisqu’ils y consacreraient 10 % de leur temps contre 6 % du temps pour les cadres et employés.

- le type d’espace de travail habituel a aussi son rôle à jouer puisque l’on observe que ceux qui travaillent dans des bureaux individuels ou partagés (moins de 6 personnes) sont ceux qui veulent passer le plus de leur temps de travail en entreprise (différence significative). Respectivement, dans la répartition idéale 61% et 58 % de leur temps de travail.
En revanche, ceux habitués à travailler majoritairement en flex-office et open space sont ceux qui travailleraient le plus depuis leur domicile (42 % du temps de travail) alors que ceux qui travaillent dans des bureaux individuels et bureaux partagés souhaitent respectivement y travailler pour 32 % et 35 % de leur temps.
Enfin, les usagers de flex-office sont les plus enclins à travailler depuis des tiers-lieux car ils souhaitent y travailler 10 % de leur temps contre environ 5 % pour ceux qui travaillent dans des bureaux fermés (individuels et partagés) et open space.

Autrement dit, quel lieu idéal pour le travail ?

> En entreprise :
Les fonctionnaires sont ceux qui souhaitent passer le plus de temps en entreprise (64 % de leur temps de travail), tandis que les cadres dirigeants sont ceux qui souhaitent travailler le moins de leur temps de travail en entreprise.
En moyenne, ils souhaitent y passer 45 % de leur temps de travail contre 56 % pour les employés et 52 % pour les cadres (différence significative).

Les utilisateurs de bureaux individuels ou partagés (moins de 6 personnes) sont ceux qui veulent passer le plus de leur temps de travail en entreprise (différence significative). Respectivement, dans la répartition idéale 61% et 58 % de leur temps de travail.

> A la maison :
Ce sont les travailleurs indépendants qui souhaitent y passer la majeure partie de leur temps de travail (45 % du temps) alors que les salariés d’entreprise ne s’y voient que pour 40 % de leur temps et les fonctionnaires 29 %.

Et ce sont les employés habitués à travailler majoritairement en flex-office et open space qui travailleraient le plus depuis leur domicile (42 % du temps de travail) alors que ceux qui travaillent dans des bureaux individuels et bureaux partagés souhaitent respectivement y travailler pour 32 % et 35 % de leur temps.

> Dans un tiers-lieux :
Bien que peu plébiscités, les tiers-lieux emportent les préférences des travailleurs indépendants puisqu’ils y passeraient 14 % de leur temps (contrairement aux salariés d’entreprise qui y consacreraient 6 % du temps et aux fonctionnaires 4 % du temps).

Les cadres dirigeants y consacreraient, quant à eux, 10 % de leur temps contre 6 % du temps pour les cadres et employés.

Enfin, les usagers de flex-office sont aussi ceux qui y passeraient le plus de temps puisqu’ils déclarent souhaiter y travailler 10 % de leur temps contre environ 5 % pour ceux qui travaillent dans des bureaux fermés (individuels et partagés) et open space.


"En conclusion, le bureau n’a pas dit son dernier mot ! Il est même essentiel pour la vie de l’organisation. Le travail va évoluer avec la généralisation du télétravail, mais le bureau sera toujours essentiel pour les organisations et les employés de bureau. Il est l’élément qui rassemble toutes les dynamiques et les acteurs de l’entreprise", indique Ingrid Nappi, Professeur-chercheur titulaire de la Chaire.


Infographie des résultats